Cameroun - Energie. Le départ d’Actis acté avec l’arrivée du Français Eric Mansuy à la tête de l’électricien camerounais Eneo ?

cameroun24.net Dimanche le 01 Décembre 2019 Société Imprimer Envoyer cet article à Nous suivre sur facebook Nous suivre sur twitter Revoir un Programme TV Grille des Programmes TV Où Vendre Où Danser Où Dormir au Cameroun
Au sortir d’un Conseil d’administration tenu le 28 novembre 2019 dans la capitale camerounaise, Eneo, le concessionnaire du service public de l’électricité dans le pays, contrôlé par le fonds d’investissement britannique Actis, a annoncé la nomination du Français Eric Mansuy au poste de directeur général (DG) de cette compagnie d’électricité.

ADS



Arrivée dans la compagnie en janvier 2019 comme directeur général adjoint en charge de la distribution et du commerce, Eric Mansuy remplace au poste de DG d’Eneo le Camerounais Joël Nana Kontchou, qui aura réussi à proroger de 10 ans le contrat de concession avec l’État du Cameroun relate IC.

La nomination d’Eric Mansuy à la tête d’Eneo a surtout le don de raviver les supputations sur l’éventuelle cession des actifs détenus par le fonds d’investissement britannique Actis, dans le capital d’Eneo. Les tractations autour de cette cession d’actifs, qui semble devenir plus que probable au regard de certains évènements, ont récemment été révélées par la presse internationale.

Selon certains observateurs, ce projet de départ d’Actis intéresserait particulièrement le groupe Électricité de France (EDF). À en croire les tenants de cette thèse, les négociations, qui seraient mêmes très avancées entre Actis et EDF, auraient véritablement pris forme en janvier 2019, avec la nomination d’Eric Mansuy comme DGA d’Eneo. Ce produit de l’Institut polytechnique de Grenoble occupait jusque-là le poste de International Project Director à EDF.

Domination française en perspective

Par ailleurs, la nomination d’Eric Mansuy (haut cadre chez le mastodonte français de l’électricité depuis près de 30 ans) à la tête d’Eneo a coïncidé avec le séjour au Cameroun du PDG d’EDF. Sous l’habillage officiel d’une visite d’évaluation de l’état d’avancement du projet de construction du barrage de Nachtigal (420 MW), Jean-Bernard Levy n’est-il pas venu en réalité concrétiser la prise de contrôle d’Eneo par EDF ?

En tout cas, si elle s’officialise, la cession à EDF des actifs d’Actis dans Eneo permettra aux entreprises françaises de prendre le contrôle du secteur de l’électricité au Cameroun, dominé depuis le début des années 2000 par les Anglo-saxons (Américains puis Britannique). Ce contrôle deviendrait alors total si les tractations annoncées entre les deux parties intègrent le rachat des deux producteurs indépendants que sont KPDC et DPDC, également contrôlés par Actis, à travers Globeleq Africa.

Un tel scénario mettrait alors EDF en position de leader absolu du secteur de l’électricité au Cameroun, à la faveur de ses intérêts dans le projet du barrage de Nachtigal (420 MW, soit le tiers de la capacité installée du pays), et du contrôle d’Eneo, KPDC (216 MW en cours d’extension à 330 MW) et DPDC (96 MW). À cela il faudra ajouter le partenariat stratégique conclut en 2016 entre l’entreprise publique camerounaise Sonatrel (société nationale de transport d’électricité) et RTE International, filiale à 100% de la RTE, le gestionnaire du réseau français de transport de l’électricité.

Brice R. Mbodiam

Lire aussi : La SONARA trainée en justice en Angleterre par Glencore Energy UK Ltd

Facebook

ADS

Les plus récents

Cameroun24 Sur Facebook

Rechercher un article

ADS