Affaire Ernest Obama. L'avocat Claude Assira demande la justice pour le journaliste Ernest OBAMA

cameroun24.net Vendredi le 19 Juin 2020 Opinion Imprimer Envoyer cet article à Nous suivre sur facebook Nous suivre sur twitter Revoir un Programme TV Grille des Programmes TV Où Vendre Où Danser Où Dormir au Cameroun
Dans une tribune parvenu à la rédaction de cameroun24, cet avocat au barreau du Cameroun demande que les Droits de notre confrère soient respectés.

ADS



Ernest OBAMA , la Justice et Nous
Par Me Claude Assira

 


Évidemment que l'arrestation d'Ernest Obama interpelle la conscience. Personne n'est au-dessus de la loi. Donc, si des infractions sont susceptibles d'être reprochées à M. Obama, il est normal qu'il soit invité à se justifier. Mais, le fait qu'il soit un journaliste controversé n'enlève en rien son droit aux garanties élémentaires reconnues au justiciable. Qu'on aime ou pas ce journaliste, on doit pouvoir exiger que la dignité humaine soit, en toutes circonstances respectée. La mise en scène orchestrée pour son interpellation, les moyens mis en œuvre sont tout simplement hallucinants et interrogent gravement sur le fonctionnement de la justice qui semble appartenir à ceux qui peuvent en disposer à leur guise.
Et que dire des faits reprochés ? "Haute trahison" ! Cette infraction prévue dans la constitution du Cameroun est réservée au seul Président de la République (ou à ses ministres)...
Quel que soit ce qui est reproché à M. Obama, la disproportion des moyens humains et de communication employés qui démontre la volonté manifeste d'humilier est condamnable. Toute personne a droit au respect de sa personne et de sa dignité.
Certains diront qu'il mérite son sort, et que M. Obama expérimente à son préjudice les situations qu'il a souvent commentées avec une légèreté et une complaisance incroyables. Mais, l'attitude abjecte d'un individu justifie-t-elle que des abjections de l'Etat à son encontre ?
Il pleut sur tous les toits. Quand il était au firmament, M. Obama a oublié de dénoncer les abus auxquels son interpellation a donné lieu. Nous ne devons pas commettre la même erreur car, il n'y a qu'en dénonçant et en combattant les violations qu'on s'en prémunit...

P.S. : Qu'on ne s'y trompe pas : M. Obama n'est ni un proche, ni un Ami. Il m'a d'ailleurs ostensiblement supprimé de la liste de ses invités dominicaux pour avoir pris part au contentieux électoral aux côtés de M. Maurice Kamto que je défendais comme Avocat. Mon propos n'a donc rien de personnel..

 

Facebook

ADS

Les plus récents

Cameroun24 Sur Facebook

Rechercher un article

ADS