Cameroun - Réligion. La Nation porte le deuil des Camerounais décédés à la Mecque

Jean Francis BELIBI | Cameroon Tribune Mercredi le 21 Octobre 2015 Culture Imprimer Envoyer cet article à Nous suivre sur facebook Nous suivre sur twitter Revoir un Programme TV Grille des Programmes TV Où Vendre Où Danser Où Dormir au Cameroun
Une prière interreligieuse, en leur mémoire, a eu lieu mardi au palais des Sports de Yaoundé, en présence du Minatd, représentant personnel du chef de l’Etat.

ADS



Emotion et compassion étaient les maîtres-mots mardi après-midi au palais polyvalent des Sports de Yaoundé.

Près d’un mois après la bousculade survenue à Mina, près de la Mecque le 24 septembre dernier et qui a vu de nombreuses victimes camerounaises, une prière inter-religieuse a été organisée pour la mémoire des disparus. Sans distinction de religion, les Camerounais se sont associés autour de cette célébration pour rendre hommage aux 76 compatriotes décédés au cours de cette bousculade lors du pèlerinage organisé sur les Lieux Saints de la Mecque. Ils venaient de toutes les classes sociales, de toutes les confessions religieuses pour ce moment de recueillement qui a vu la participation de la quasi totalité du gouvernement, avec en bonne place, René Emmanuel Sadi. Le ministre de l’Administration territoriale et de la Décentralisation y représentait personnellement le chef de l’Etat. Une célébration qui intervenait après la journée de deuil national décidée par le président de la République pour la mémoire des défunts le vendredi 16 octobre dernier. C’est ainsi que les populations de Yaoundé sont venues par centaines témoigner de leur compassion et prier pour les disparus.

Face à tant de sollicitude, la communauté musulmane s’est voulue reconnaissante. C’est ainsi qu’à l’ouverture de la prière, le Cheick Ibrahim Moussa, grand imam de la Mosquée centrale N°1 de la Briqueterie à Yaoundé a remercié le chef de l’Etat « pour la journée de deuil national qu’il a décrétée vendredi dernier. Que la mémoire des défunts soit honorée », a-t-il indiqué tout en appelant à prier pour le rétablissement des personnes blessées. A sa suite, l’imam Nji Ali Mefire a prié pour la consolidation de la paix et de l’unité au Cameroun et notamment pour les forces de défense et de sécurité engagées dans la lutte contre la secte islamiste Boko Haram, alors que le révérend pasteur Samuel Valérie Manaka Koum de l’Eglise évangélique du Cameroun a appelé à faire confiance à l’Eternel. « La mort n’est pas une fatalité » a-t-il relevé. « Ce drame a été vécu à la fois comme un accident malheureux et meurtrier, mais aussi comme le sacrifice des pèlerins décédés en priant Dieu et en confessant leur foi en Dieu dans ce lieu saint », a souligné Mgr Jean Mbarga. L’archevêque métropolitain de Yaoundé a poursuivi : « Ceux qui meurent dans la foi, leur foi sera à la fois grande devant Dieu et devant les hommes. Ils sont morts en héros de la foi. Ils n’ont pas tué quelqu’un pour aller au paradis... Leur mort accidentelle est survenue alors qu’ils rendaient honneur à Dieu ». Pour Mgr Jean Mbarga, il était question hier de mettre en exergue la fraternité dans la foi, car « Nous sommes tous frères dans la foi en Dieu le Très Haut… Les musulmans sont nos coreligionnaires dans la fidélité à Abraham le père des croyants ». Il est question pour lui de construire un monde où les religions unissent et protègent les hommes. Une analyse très appréciée. C’est dans le chant que s’est achevée cette célébration avec les poignées de main des membres du gouvernement aux co-célébrants.

 

Facebook

ADS

Les plus récents

Cameroun24 Sur Facebook

Rechercher un article

ADS