Revolution Abeilles. Le procès des marcheurs du 22 septembre 2020 s'ouvre le 4 janvier 2021 au Tribunal Militaire

cameroun24.net Lundi le 04 Janvier 2021 Société Imprimer Envoyer cet article à Nous suivre sur facebook Nous suivre sur twitter Revoir un Programme TV Grille des Programmes TV Où Vendre Où Danser Où Dormir au Cameroun
Le collectif d'avocats Sylvain Souop qui défend les intérêts de ces manifestants annoncent l'ouverture du procès de 32 militants et sympatisants du MRC le 4 janvier 2021 au Tribunal Militaire de Yaoundé.

ADS


Ces avocats, comme leur collègue Robert Asterdam qui lutte pour la même cause à l'international, mettent en avant l’incompétence de cette juridiction d’exception.

Un tribunal militaire pour juger des civils dont l'âge varie entre entre 20 et 62 ans, tous arrêtés loin des lieux des manifestations, pour certains à leurs domiciles.

Il sont accusés de «tentatives d’insurrection en coaction; défaut de carte nationale d’identité; conspiration d’insurrection et tentative de manifestation publique non autorisée; réunion et manifestation publiques non autorisées; outrage au Président de la République». Ils risquent la peine de mort pour ces charges.

L'opposition camerounaise MRC, CPP, PAP, La société civile Stand Up For Cameroon, AGIR-ACT, NDH, REDDHAC, À NOUS LE CAMEROUN, CHRDA  étaient descendus dans la rue le 22 décembre dernier pour demander le départ du régime en place si leurs conditions ne sont pas satisfaites.

Ils ont été violemment réprimés, certains ont été arrêtés et son leader Maurice Kamto a été placé en résidence surveillée.

Leurs deux conditions principales, à savoir: La fin de la guerre dans les régions du Nord-Ouest et Sud-Ouest, et la révision consensuelle du processus électorale avant l'organisation de toute élection n'ont toujours pas été satisfaite par le gouvernement qui juge leur projet insurrectionnel.

Le président Biya qui a convoqué les collèges électoraux le 7 septembre dernier pour les élections régionales prévues le 6 décembre, semble toujours être sourd à toutes ces demandes.

Le ministre de l'Administration Territoriale, Paul Atanga Nji avait prévenu d'appliquer toute la rigueur de la loi sur ceux qui vont manifester, a sur sa table les dossiers de ces partis, notamment le MRC menacé de dissolution.

Ange NGO

marches_22_septembre_communique_9_ouverture_proces

Facebook

ADS

Les plus récents

Cameroun24 Sur Facebook

Rechercher un article

ADS