Election Régionale. Marches du 22 septembre : Arrestation des membres du CPP à Douala

cameroun24.net Vendredi le 18 Septembre 2020 Société Imprimer Envoyer cet article à Nous suivre sur facebook Nous suivre sur twitter Revoir un Programme TV Grille des Programmes TV Où Vendre Où Danser Où Dormir au Cameroun
Les forces de sécurité camerounaises ont arrêtés ce jour des membres du CPP et de l'association Stand Up for Cameroon à Douala a appris cameroun24.

ADS



Ces membres de  l'association Stand Up for Cameroon étaient en réunion de préparation de la manifestation du 22 septembre 2020 planifiée par l'opposition et la société civile dont ils sont membres.

A en croire la Président du CPP, Edith Kabang Wallah, le sécretaire général de son parti a également été arrêté. Ils ont tous été conduit à la légion de gendarmerie du littoral et leur avocat a été empêché de les rencontrer.

A Yaoundé également une trentaine de policiers et gendarmes, avec à leur tête le sous préfet de Yaoundé 5, ont encerclé le siège du CPP pendant une réunion de ses leaders.

Ceux-ci après plusieurs heures d'immobilisation ont finalement pu quitter leur siège. Des arrestations préventives qui visent à briser la manifestation géante planifiée par les organisateurs, qui accusent déjà le pouvoir de Yaoundé de dérive dictatoriale.

Ce jour, lors d'une réunion au Hilton Hôtel de Yaoundé du G20, un groupe de partis qui soutiennent le pouvoir de Yaoundé, Bapooh Lipot, un membre du conseil d'Administration de la SRC nommé par le Président Biya, a demandé l'arrestation d'Edith Kabang Wallah et l'avocate Me Alice Nkom.

L'opposition camerounaise MRC, SDF, CPP, PAP, Offre Orange, La société civile Stand Up For Cameroon, AGIR-ACT, MDI,NDH, REDDHAC, À NOUS LE CAMEROUN, CHRDA  prévoient de descendre dans la rue le 22 décembre pour demander le départ du régime en place si leurs conditions ne sont pas satisfaites.

Il s'agit de deux conditions principales : La fin de la guerre dans les régions du Nord-Ouest et Sud-Ouest, et la révision consensuelle du processus électorale avant l'organisation de toute élection.

Le président Biya qui a convoqué les collèges électoraux le 7 septembre dernier pour les élections régionales prévues le 6 décembre, semble être sourd à toutes ces demandes.

Le ministre de l'Administration Territoriale, Paul Atanga Nji a déjà prévenu d'appliquer toute la rigueur de la loi sur ceux qui vont manifester.

Les réunions des opposants au régime de Yaoundé se multiplient au Cameroun, pendant qu'une pluie d'interdictions de manifestations arrose les média. Les deux camps affutent leurs armes en attendant la bataille du 22 septembre 2020.

Didier C.K.

Lire aussi : Recalé aux investitures du RDPC pour les régionales, Joseph Bibehe crache son venin sur Jean Nkuete

Facebook

ADS

Les plus récents

Cameroun24 Sur Facebook

Rechercher un article

ADS