Cameroun - Emploi. Sosucam jette 250 employés dans la rue, les délégués écrivent au ministre du Travail

cameroun24.net Mercredi le 09 Juin 2021 Société Imprimer Envoyer cet article à Nous suivre sur facebook Nous suivre sur twitter Revoir un Programme TV Grille des Programmes TV Où Vendre Où Danser Où Dormir au Cameroun
L'entreprise sucrière de Nkoteng a licencié hier 250 employés , a appris cameroun24.

ADS



C'est un climat délétère qui règne en ce moment au sein de la SOSUCAM, la filiale camerounaise de la mastodonte SOMDIAA.

En effet, la rumeur de licenciement qui circulait au sein de l'entreprise s'est confirmée le mardi 7 juin 2021 dernier.
Les lettre de licenciement ont été distribué à 250 employés appelé à se retrouver au chômage, en ces temps de raréfaction de l'emploi.

Le top management de l'entreprise explique cette décision, par la non productivité de ces derniers qui plombent les performances de l'entreprise.

Un avis que ne partage pas les délégués du personnel qui estime que les dirigeants ont choisi de privilégier l'augmentation des dividendes des actionnaires.

Ceux-ci sollicitent par ailleurs l'intervention du ministre du travail, afin d'éviter la destruction de 250 emplois et partant de 250 familles qui se retrouveront durement affectées.

Ange NGO

 

DENONCIATION D'UN LICENCIEMENT COLLECTIF ENVISAGE A SOSUCAM AVEC PRISE D'EFFET IMMEDIAT LE 8 JUIN 2021, DEGUISE  EN LICENCIEMENT POUR MOTIF "D'INSUFFISANCE PROFESSIONNELLE"

 

Monsieur le ministre,
Nous, le collectif des délégués du personnel de la SOSUCAM, vous saisissons par la présente en vue de requérir vos diligences sur la question en objet.
Pour mettre en exergue le contexte de ce différend :
Depuis quelques rencontres statutaires mensuelles, l’employeur nous parle des conditions supposées relatives à la santé financière de l’entreprise ; dont le point d’orgue a été la décision de licenciement de 250 (deux cent cinquante) employés permanents, avec prise d’effet le 08 Juin 2021. Décision qui nous a été signifiée subrepticement le 07 Juin 2021 aux environs de 16h. Tout ceci en violation tant du Code de Travail en ses articles 158 à 164 relativement à la conciliation et à l’arbitrage tel qu’il sied en pareil cas, mais aussi en violation de la lettre circulaire n° 03/MTPS/SG/DT du 02 Novembre 1993, réglementant le licenciement pour motif économique.
Qu’il vous plaise Monsieur le Ministre de considérer : Que la situation économique pour laquelle nous n’avons cessé de tirer la sonnette d’alarme auprès de l’employeur quant à ses décisions managériales, est celle qui nous amène à cette situation aujourd’hui :
- La décision d’externaliser certaines activités à des coûts très élevés.
- La décision d’investissement lourds, tel que l’irrigation susceptible d’être amortis sur plusieurs exercices (alors que nous sommes en zone pluvieuse).
- La construction d’un dispositif BI-PASS dont l’efficacité n’est pas évidente.
- La vente à un prix dérisoire d’un stock de matériel lourd de travaux publics (lequel sera ensuite reloué à la SOSUCAM à des coûts énormes.), matériel important dans le process, bénéfique à SOSUCAM. Nul ne comprend pourquoi on vend un matériel d’une telle importance pour ensuite le louer.
- Au niveau tactique par exemple: lors des deux dernières campagnes (2019-2020/ 2020-2021), l’employeur a décidé unilatéralement de l’arrêt de l’Usine de SOSUCAM1 avant la fin de la campagne, réduisant ainsi la capacité de production de l’entreprise, sans que cela n’induise un gain de productivité.
- Et bien d’autres décisions maladroites.
Tout ceci malgré nos multiples interpellations, nous a conduit dans la situation de marasme que l’employeur tente de faire porter aux employés au motif de ‘’Insuffisance professionnelle’’.
Selon le Code du Travail en son Article 40 ALINEA 2, constitue un licenciement économique : ‘’Tout licenciement effectué par l’employeur pour un ou plusieurs motifs non inhérents à la personne du travailleur et résultant d’une suppression ou transformation d’emploi, ou d’une modification de contrat de travail consécutive à des difficultés économiques, à des mutations technologiques ou à des restructurations internes.’’.
Au regard de cet article nous pouvons conclure qu’il s’agit d’un licenciement économique.
En tout état de cause, nous ne comprenons pas qu’une entreprise en situation de monopole, en soit réduite à des compressions massives de personnel, c’est autant plus grave que nous craignons que SOSUCAM n’inaugure là un précèdent dangereux, pour pouvoir licencier davantage dans le futur pour n’importe quelle raison fallacieuse, avec ce que cela peut entrainer comme troubles sociaux dans le pays.
Il faut aussi noter le Non-respect du contrat social 20 /21
Afin de permettre à toutes les parties de se faire une opinion objective du bien fondé et de l’opportunité d’un licenciement massif du personnel à SOSUCAM, nous vous prions M. le Ministre, de bien vouloir enjoindre l’Employeur au respect de la loi, d’instruire qu’une enquête approfondie soit menée par vos services compétents, de bien vouloir ordonner par la même occasion l’arrêt de cette démarche illégale de l’employeur.
Dans l’attente d’une suite favorable à notre demande, veuillez agréer Monsieur le Ministre, l’expression de notre considération distinguée.


LE COLLECTIF DES DELEGUES DU PERSONNEL SOSUCAM

Facebook

ADS

Les plus récents

Cameroun24 Sur Facebook

Rechercher un article

ADS