Cameroun - Economie. Un nouveau stock de pièces de monnaie injecté dans le circuit

cameroun24.net Mercredi le 29 Janvier 2020 Société Imprimer Envoyer cet article à Nous suivre sur facebook Nous suivre sur twitter Revoir un Programme TV Grille des Programmes TV Où Vendre Où Danser Où Dormir au Cameroun
Les premières pièces de monnaie éditées en 2019 sont désormais en circulation dans les six Etats de l'Afrique centrale. Un premier flux a été injecté conformément aux instructions du Comité de politique monétaire de la Banque des Etats de l'Afrique centrale (Beac) qui redoute une éventuelle inflation dans la zone.

ADS

Arrive-t-on à la fin de la crise de la monnaie divisionnaire au sein de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale? Les premiers signaux constatés dans le circuit monétaire rassurent dans ce sens. Les millions d’usagers observent prudemment la fin de la rareté des pièces de monnaie qui a sévèrement frappé les six pays d’Afrique centrale depuis plus d’un an. Les pièces de monnaie sont désormais bien visibles dans les différentes transactions relate ecomatin.

Après plusieurs annonces l’année dernière du gouverneur de la Beac, Abbas Mahamat Tolli, c’est finalement depuis janvier 2020 qu’une augmentation du volume de la monnaie divisionnaire a été effectué. De nouvelles pièces de 100 FCFA et 50 FCFA, édition 2019, sont en effet disponibles sur le marché. Conséquence immédiate, les difficultés de transactions suite à cette pénurie s’estompent progressivement.

La crise reste cependant perceptible. D’après la Beac, « l’injection massive aura lieu mais elle doit respecter les cadrages imposés par le Comité de politique monétaire. Il faut contrôler l’évolution de la masse monétaire, mais aussi prémunir la zone Cemac d’une éventuelle inflation suite à cette opération d’envergure de renflouement. Il faut absolument contenir l’inflation car ce type d’opération de masse peut entraîner des conséquences systémiques inattendues », expliquet Abbas Mahamat Tolli.

En d’autres termes, le premier flux mis en circulation, dont le montant reste inconnu, est parcellaire, mais annonciateur de nouvelles vagues d’injection. Aucune information n’a filtré sur le montant exact de la masse divisionnaire à injecter, le taux de chute du volume de pièces de monnaie, ni le coût de l’opération de renflouement.

Il convient toutefois de s’interroger sur les mesures de sauvegarde de ce nouveau volume, lesquelles sont envisagées contre les exportations frauduleuses des pièces de monnaie, la thésaurisation par les particuliers, l’usage des jetons en bijouterie, ou leur évasion dans les salles de jeux.

Lire aussi : Jeux vidéo : que vaut « Aurion : l’héritage des Kori-Odan », le premier jeu de rôle en ligne 100% africain ?

Facebook

ADS

Les plus récents

Cameroun24 Sur Facebook

Rechercher un article

ADS