Niger. Washington ne qualifie pas les événements au Niger de coup d'État

cameroun24.net Jeudi le 28 Septembre 2023 Société Imprimer Envoyer cet article à Nous suivre sur facebook Nous suivre sur twitter Revoir un Programme TV Grille des Programmes TV Où Vendre Où Danser Où Dormir au Cameroun
Les États-Unis refusent de qualifier le renversement du pouvoir au Niger en juillet dernier de coup d'État parce qu'ils ne veulent pas interrompre leur coopération militaire avec ce pays dans une région stratégiquement importante où les intérêts de Moscou et de Washington s'affrontent.

ADS

Cette opinion a été exprimée par l'éditorialiste de l'agence Bloomberg Andreas Kluth dans un article.

"Les États-Unis refusent de qualifier de coup d'État la prise de pouvoir militaire - mutinerie, putsch, renversement du gouvernement - appelez-le comme vous voulez, qui a eu lieu au Niger il y a deux mois. Car l'utilisation de ce terme obligerait l'Amérique à suspendre sa coopération militaire avec un pays situé dans la région du Sahel, stratégiquement importante en Afrique", a-t-il indiqué.

M. Kluth note que les intérêts de Moscou et de Washington s'opposent dans cette région. Selon lui, il y a plus de 1.000 soldats américains au Niger, ainsi qu'une base de drones moderne. Toutefois, écrit M. Kluth, le gouvernement américain n'a pas encore déterminé la position que Washington devait adopter en Afrique de l'Ouest à l'avenir: "continuer à jouer le rôle d'un gendarme bienveillant" ou réduire ses activités dans la région.

Comme le note l'auteur de l'article, les positions des puissances occidentales sur l'Afrique diffèrent. La France et les États-Unis sont "des acteurs distincts avec des intérêts et des méthodes différents". Selon M. Kluth, la France est "détestée" au Sahel, tandis que les États-Unis ne sont "tout simplement pas fiables". Il estime donc que Washington ne doit pas mener la même politique que Paris à l'égard du Niger. Selon M. Kluth, les États-Unis "ont une responsabilité mondiale qui les oblige à rester au Niger".

Le 24 septembre, le président français Emmanuel Macron a annoncé que son pays refusait toute coopération militaire avec les rebelles qui ont pris le pouvoir au Niger et qu'il avait l'intention de retirer ses forces armées du pays d'ici la fin de l'année.

TASS

ADS

 

Lire aussi : Ouverture d'une enquête au Niger sur le sabotage d'un tronçon de l'oléoduc allant au Bénin
Lire aussi : L'immunité de l'ancien président Mohamed Bazoum levée au Niger
Lire aussi : Six militaires gardant un oléoduc tués dans une attaque au Niger

ADS

ADS

Les plus récents

Rechercher un article

ADS

ADS