Cameroun - Economie. Rien ne va plus entre le patronat camerounais et l’administration fiscale

cameroun24.net Le 23 janvier 1395 Société Imprimer Envoyer cet article à Nous suivre sur facebook Nous suivre sur twitter Revoir un Programme TV Grille des Programmes TV Où Vendre Où Danser Où Dormir au Cameroun
Célestin Tawamba, le président du Gicam, charge le directeur général des impôts dans une lettre adressée le 16 janvier au président Paul Biya. La réaction de ce dernier reste attendue relate le panafricain Jeune Afrique.



Le 16 janvier, Célestin Tawamba, président du Groupement inter-patronal du Cameroun (Gicam), écrit au président Paul Biya pour se plaindre de l’attitude de l’actuel patron de la direction générale des impôts (DGI), Modeste Mopa Fatoing. Un fait inédit, mais aussi « une mise en accusation et, surtout, une demande explicite de limogeage », résume un observateur de l’environnement économique du pays.

Délibérément organisée, la fuite de la lettre patronale, ayant en objet : « Rupture consommée des relations entre le directeur général des Impôts et les entreprises », fait la Une des journaux économiques ce mercredi 22 janvier, qui en relaient de larges extraits et enflamme les réseaux sociaux.

La réforme fiscale du Gicam en question

Sur un ton comminatoire, le patron des patrons reproche au patron de la DGI, entre autres, « son inaptitude à dialoguer et à faire face à la contradiction, le refus de délivrer des documents administratifs qui a entraîné des retards considérables dans la réalisation des investissements, son incapacité à concevoir une politique fiscale à court et moyen termes de nature à impulser la croissance tout en assurant un niveau appréciable de recettes à l’État, sa méconnaissance de la réalité de l’entreprise », selon les termes de la lettre que Jeune Afrique a pu consulter.

La goutte d’eau qui fait déborder le vase, aux yeux de Célestin Tawamba, étant son « hostilité à une proposition de réforme fiscale du Gicam dans laquelle il avait cru percevoir une tentative du secteur privé de se substituer à l’État, et cela en dépit des instructions de sa hiérarchie. »

    Les arbitrages en matière budgétaire et fiscale se font à la présidence

La pierre angulaire du document de réforme fiscale du Gicam de fin 2018, fort de plus de 300 pages, étant de ramener le minimum de perception sur le chiffre d’affaires de 2,2 % à 1,1 %. Ce qui ferait un gain de 51 milliards de F CFA (77,7 millions d’euros) aux entreprises. Du reste, Célestin Tawamba, par ailleurs fondateur du groupe Cadyst Invest, ne cesse de plaider l’abandon d’une fiscalité assise sur l’activité au profit d’une fiscalité reposant sur le bénéfice.
 

Le Cameroun sous programme avec le FMI

Dans l’entourage de Modeste Mopa, on tente de relativiser. « Le DGI ne s’oppose à rien. Les arbitrages en matière budgétaire et fiscale se font à la présidence », laisse entendre un cadre de l’administration des impôts, tout en rappelant que 71 % des propositions du Gicam furent validées dans le cadre d’un comité de pilotage mis en place en 2018 par le ministre des Finances, Louis Paul Motaze, et entrent progressivement en application.

 

« Les 29 % restants dans lesquelles figure la question du minimum de perception requièrent des études approfondies de leur impact, le tout alors que le Cameroun est sous programme avec le FMI. D’ailleurs le ministre des Finances l’avait fait savoir au patronat le 3 novembre 2018, à Douala », ajoute notre source.

Destinataire de la missive, Paul Biya reste pour le moment sans réaction.

Omer Mbadi - à Yaoundé

Regardez

SUR LE MEME SUJET : Cameroun - Economie

DANS LA MEME RUBRIQUE : Société

Facebook

ENTREZ VOTRE COMMENTAIRE





Saisissez ce code CAPTCHA code dans la zone de texte ci-dessous

LES COMMENTAIRES

Les plus récents

Cameroun24 Sur Facebook

Lire aussi

  • Maroua prend le relais des marches anti-française au Cameroun

    Après Garoua, ces autour des jeunes patriotes de marcher contre Emmanuel Macron a constaté cameroun24.

  • Annulation des élections dans plusieurs circonscriptions du NOSO

    Sur les 40 recours déposés, 11 requêtes du le Social Democratic Front(SDF) ont eu gain de cause au Conseil constitutionnel.

  • Un autre enseignant tué à Yaoundé

    Agé de 22 ans, le nommé Gildas Ateh Pekengne, enseignant de géographie au collège privé laïc Fapo, a été assassiné dans la nuit du 22 au 23 février dernier.

  • La Sic n’a aucun contrat avec la moitié des occupants des logements sociaux de Mbanga Bakoko à Douala

    Dans le cadre de la campagne d’identification des locataires des logements SIC lancée en septembre dernier, le directeur général (DG) de la Société immobilière du Cameroun (Sic), Ahmadou Sardaouna, s’est rendu...

  • Convertisseur

    Meteo Yaoundé