Mercredi le 13 Septembre 2017 05:01:24 Alain Njipou | Le Messager Société

Cameroun - Justice. Litige : L'ex-Dga de la Cbc accusé d'abus de confiance

Mme Julienne Nkounda retient par devers elle des chèques libellés par un prestataire de service de l’entreprise 3Y Graphic Sarl dont le promoteur, Njike Kemajou Julien est convoqué à se rendre au commissariat de sécurité publique du 9eme arrondissement de Douala.

| Nous suivre sur facebook | Nous suivre sur twitter |


Contre toute attente, Julien Njike Kemayou devra se rendre au Commissariat de sécurité publique du 9eme arrondissement de Douala, ce mardi 12 septembre 2017, quand il sera 11 heures tapantes. Une convocation lui a d’ailleurs été servie par les bons soins de l’officier de Police judiciaire auxiliaire du procureur de la République qui l’invite à comparaître aux lieux et heure indiqués. Si les termes de la convocation ne mentionnent pas les infractions que le concerné est supposé avoir commis, il faut aller fouiller la copie d’une notification d’une correspondance adressée à la société 3Y Graphic Sarl, dont le gérant statutaire est Njike Kemayou Julien portant «réclamations 2eme relance» pour comprendre les mobiles de cette curieuse convocation dans un commissariat de sécurité publique en lieu et place de la Police judiciaire ou d’une brigade de gendarmerie.

C’est que dame Nkounda Julienne, ancienne directeur général adjoint de la Cbc, élargie dans l’affaire de Yves Michel Fotso après une détention à la prison centrale de Kondengui à Yaoundé, a requis les services de Me Nganko Didier, huissier de justice près la Cour d’appel du Littoral et les tribunaux de Douala, pour servir au sieur Njike Kemayou, un exploit qui détaille les revendications de la requérante. Selon une copie de cet exploit d’huissier dont copie est parvenue à la rédaction centrale de votre quotidien, Mme Nkounda Julienne revendique le remboursement de son argent propre injecté dans le fonctionnement au quotidien de la société 3Y Graphic Sarl. Une somme de 5 millions 3 cent mille Fcfa utilisée pour assurer l’exploitation de l’entreprise qui a effectué des travaux d’Uta à partir de leurs bons de commande. «Faute de réaction concrète de votre part dans les huit jours qui suivent, je me verrai dans l’obligation de reconsidérer les actions à entreprendre» écrit Mme Nkounda qui a mis à exécution ses menaces contenues dans cette correspondance qui remonte au 28 juin 2017.


L’ex-Dga de la Commercial bank of Cameroon (Cbc), a pu obtenir la convocation de Njike Kemayou au commissariat. Au cours d’une rencontre avec des hommes des médias triés sur le volet lundi 11 septembre 2017, le concerné, abasourdi trouve néanmoins des ressources pour expliquer le fond de l’affaire. «Dame Nkounda est une sœur aînée à qui j’ai tendu la main lorsqu’elle avait été libérée de prison. Je lui ai proposé mon bureau à la société 3 Y Graphic Sarl afin qu’elle reçoive des clients et des prestataires. Après coup, je suis tombé malade ce qui m’a éloigné de mes affaires après une période de huit mois de soins et de prière. Pendant ce temps, elle a pu obtenir par son entregent des bons de commandes d’Uta, un prestataire de 3Y GRaphic Sarl. Pour satisfaire ces bons de commande et les exécuter, elle a dû injecter à peu près 5 millions 3 cent mille Fcfa. Uta a payé ses prestations à l’entreprise 3YGraphic Sarl par chèques que Julienne Nkounda a confisqués par devers elle pour revendiquer d’abord le remboursement de son dû. Malgré mon insistance, elle n’a pas pu mettre à la disposition du Cabinet qui s’occupe de la comptabilité de 3Y Graphic Sarl des pièces comptables pour permettre d’établir la traçabilité de sa gestion durant la période de mon indisponibilité liée à la maladie. En fait, c’est moi qui l’accuse d’avoir abusé de ma confiance en recevant les chèques de mon entreprise pas libellés pourtant en son nom. Voilà ce qui m’oppose à ma grande-sœur qui veut m’humilier et me traîner dans la boue alors que je l’ai soutenue quand elle est sortie de prison, déboussolée» relate dans les détails Julien Njike Kemayou.
Pour l’heure, le sort que lui réservera le commissariat de sécurité publique du 9eme arrondissement sera déterminant pour l’aboutissement heureux de ce litige qui n’aurait jamais dû prendre les couloirs de la Justice.