Histoire du Cameroun

 

| Nous suivre sur facebook | Nous suivre sur twitter

 

Les premiers habitants du Cameroun furent probablement les Baka, également appelés Pygmées. Ils habitent toujours les forêts des provinces du sud et de l'est.

    * Ier millénaire av. J.-C. : la zone couvrant le sud-ouest de l'actuel Cameroun et le sud-est du Nigeria aurait été le berceau des peuples de langue bantoue[2].

La première allusion historique aux côtes camerounaises se trouverait dans le récit dit périple d'Hannon, d'après un texte grec très controversé. Au Ve siècle av. J.-C., ce Carthaginois aurait atteint le Mont Cameroun qu'il baptisa le « Char des Dieux ». En fait, d'après les témoignages archéologiques, les Carthaginois ne semblent pas être allés au sud d'Essaouira[3].

En 1472, les marins du Portugais Fernando Pó entrent dans l'estuaire du Wouri, s'extasient devant l'abondance des crevettes dans le cours d'eau qu'ils appellent aussitôt Río dos Camarões. Les marins anglais adoptèrent ce nom en l'anglicisant, d'où le nom actuel de Cameroun.

Après les Portugais viennent les Néerlandais puis les Allemands. Après les contacts avec les européens débutent des échanges commerciaux, y compris la traite négrière avec bien souvent la complicité des chefs de tribus du littoral, l'introduction du christianisme et le démantèlement progressif de l'organisation politique existante (comme le Royaume Bamoun).

Sous prétexte de protéger leurs intérêts commerciaux, les Allemands établissent en 1884 leur protectorat. Afin d'assurer l'essor économique du protectorat, les Allemands se lancent dans des travaux importants : construction de routes et de la première ligne de chemin de fer, démarrage des travaux du port de Douala, édification d'écoles et d'hôpitaux et création de grandes plantations (cacaoyers, bananiers, caféiers, hévéas, palmiers à huile, etc.). Le prix à payer est cependant élevé pour les indigènes, qui sont soumis au travail forcé et aux châtiments corporels. Les Allemands perdent leur colonie en raison de leur défaite lors de la Grande Guerre, en 1918 : la Société des Nations confie la partie orientale (la plus grande) à la France, et la zone occidentale (deux poches limitrophes du Nigeria) au Royaume-Uni. Chacun de ces deux pays imprimera sa marque à « son » Cameroun, la France adoptant la politique de l'assimilation et le Royaume-Uni celle de l'indirect rule.

Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, le mouvement de l'UPC (Union des populations du Cameroun), dirigé par Ruben Um Nyobe, revendique l'indépendance et la réunification avant d'être interdit puis lourdement réprimé par le pouvoir colonial français en pays Bassas et en pays Bamileke. L'indépendance de la zone française est proclamée le 1er janvier 1960 et la réunification a lieu l'année suivante avec la partie sud de la zone britannique, la partie nord ayant opté pour l'union avec le Nigeria. Il s'ensuit une période de violente répression contre le mouvement de l'U.P.C., et l'ALNK, son « Armée de libération nationale Kamerounaise », par le nouveau gouvernement avec l'assistance de la France, qui durera jusqu'à la fin des années 1960 [4]. Le 20 mai 1972, un référendum conduit à un État unitaire et met fin au fédéralisme.

Source : Wiki

 

Le Cameroun


 Histoire du Cameroun
 Politique du Cameroun
 Subdivisions administratives du Cameroun
 Géographie du Cameroun
 Économie du Cameroun
 Démographie du Cameroun
 Les religions
 Réfugiés au Cameroun
 La santé et le développement humain
 Éducation et formation académique
 Langues du Cameroun
 Culture du Cameroun.
 Médias au Cameroun
 Réseaux de communication
 Sports au Cameroun
 Tourisme au Cameroun.
 Corruption au Cameroun
 Fêtes et jours fériés
 Le Cameroun en chiffres
 Codes du Cameroun
 Formalités d’entrée au Cameroun
 Les Personnes du Cameroun