Mardi le 01 Décembre 2015 07:20:16 Omer Mbadi | Jeune Afrique Société

Cameroun - Consommation. Boissons gazeuses : les Brasseries du Cameroun à la reconquête du terrain perdu

Afin d’enrayer la percée de son concurrent Source du Pays sur ce marché convoité, la filiale du groupe Castel a mis en service une nouvelle chaîne d’embouteillage, le 27 novembre à Garoua.

| Nous suivre sur facebook | Nous suivre sur twitter |


La Société anonyme des Brasseries du Cameroun (SABC) entend siffler la fin de la récréation sur le marché des boissons gazeuses. Le 27 novembre, elle a mis en service une nouvelle chaîne d’embouteillage de bouteilles en plastique (PET) dans son usine de Garoua (nord du pays), pouvant produire 20 000 bouteilles par heure. Ce même jour, SABC – qui dispose d’usines à Douala (sur deux sites à Koumassi et à Ndokoti) et à Bafoussam – a inauguré officiellement celle de Yaoundé (26 000 bouteilles par heure) déjà en activité depuis octobre 2014.

La filiale du groupe Castel et son partenaire Coca Cola ont investi 13,7 milliards de F CFA (20,88 millions d’euros) sur ces deux unités.

Ces investissements, expliquent SABC, se justifient par le dynamisme de ce segment. « Le marché des boissons gazeuses est en croissance soutenue depuis bientôt dix ans, les meilleures performances étant réalisées sur le format PET », insiste Francis Batista, directeur général de SABC. En 2014, ce marché a représenté 185,5 milliards de F CFA, pour une production de 3,37 millions d’hectolitres.

Guerre des prix

Le retour de Source du Pays, en 2011, n’a fait qu’amplifier la tendance. La croissance moyenne du marché a été de près de 14 % sur les quatre dernières années. Reprise par le Libanais Nessrallah El-Sahely, Source du Pays a tout de suite misé sur les bouteilles plastiques, plus faciles à manier et à transporter que celles en verre, et n’a eu de cesse de donner du fil à retordre au leader de l’industrie brassicole camerounaise. Déclenchant une incessante guerre des prix et diversifiant sa gamme de produits « Planet », Source du pays est parvenu à se hisser au deuxième rang en termes de parts de marché : 30,7% en 2014.

Cette conquête s’est réalisée au détriment de Guinness Cameroon (Diageo), de l’Union des brasseries du Cameroun (UCB – groupe Kadji) et, surtout, des Brasseries du Cameroun dont les parts de marché sont passées de 91 % à plus de 65 % entre 2011 et 2014, même si sa production progressait substantiellement sur la même période.

Réaction

Surprise dans un premier temps par cette percée, la filiale de Castel tente de réagir en mettant en service, en 2012 à Douala, une nouvelle chaîne de production du même calibre que celle récemment installée à Garoua. Mais, l’aveu tombe l’année d’après. « Nous avons connu une baisse des parts de marché de SABC. Le phénomène a été particulièrement marqué en BG PET [boissons gazeuses en bouteilles plastiques, ndlr] où Source du Pays a pris le leadership grâce à des prix inférieurs dans un premier temps et à cause de notre capacité insuffisante par la suite… », a reconnu l’entreprise dans son rapport d’activité de 2013.

Tirant les leçons de cet épisode, la SABC décide donc d’accroître sa capacité de production et espère rétablir son leadership durant l’année 2016. Reprise en main d’autant plus urgente que le marché camerounais des boissons gazeuses, très convoité, compte de plus en plus d’acteurs.

À travers Nana Bouba Beverage Company (NABCO) et sa marque « Vigo », le groupe de l’entrepreneur Nana Bouba Djoda y a fait une entrée remarquée l’année dernière. Les industriels Francis Nana Djomou, propriétaire de Biopharma, et Samuel Foyou, grâce aux Brasseries Samuel Foyou (Brasaf), s’apprêtent à lui emboîter le pas. En somme, la compétition qui agite le secteur des boissons gazeuses promet d’autres pétillements.