SUD,Fasa antenne d’Ebolowa : Les étudiants réclament leur prime d’excellence allouée par le président de la république

Cameroun - Education. SUD,Fasa antenne d’Ebolowa : Les étudiants réclament leur prime d’excellence allouée par le président de la république

| Nous suivre sur facebook | Nous suivre sur twitter |

Ils ont tenu à le faire savoir le 15 janvier dernier à travers une marche pacifique le long des artères de la cité capitale avec pour point de chute les services du gouverneur de la région du Sud.


A l’heure convenue dans la matinée du lundi 15 janvier, ils ont tous convergés vers le lieu de rencontre qui était la place de fête de Nko’ovos. Après quelques moments de concertations, ils ont levé l’encre car, démobilisés par le président des étudiants qui ne voulait pas les voir continuer. C’est ainsi qu’on croyait alors  l’affaire terminée que non, l’aille « dure » s’est regroupée au carrefour An 2000  pour  prendre la direction des services du gouverneur de la région du Sud. A l’esplanade de ces services, ils ont scandé des champs patriotiques en vue de capter plus d’attention des occupants des bureaux de la région. Sur leurs pancartes, on pouvait lire « 50.000 Fcfa notre père nous a envoyé notre argent, donnez nous, donnez nous ». C’est ainsi que le chef du cabinet du gouverneur dont le bureau fait face à cette esplanade est vite descendu pour s’enquérir de la situation. Il a détaché deux étudiants manifestants, pour les convier dans bureau.

Un compte rendu fidèle a été rendu au patron des lieux qui n’a pas hésité à rencontrer le groupe. Ainsi, 20 étudiants ont été conviés à la salle de conférences des services du gouverneur. L’attente n’a pas été longue, le gouverneur est annoncé dans la salle et tous se sont levés pour saluer l’autorité. C’est ainsi que Félix Nguelé Nguelé, gouverneur de la région du Sud a salué la démarche des étudiants qui sont venus à sa rencontre. Et la parole est donnée au porte-parole de circonstance qui décline  l’objet de leur visite au numéro un de la région. Celui-ci parlant au nom de ces camarades dit « la prime de l’excellence octroyée par président de la république, depuis le 02 novembre 2017, et l’arrêté du recteur de l’université de Dschang qui annonçait le paiement deux jours après.

Las d’attendre, on a rencontré le coordonnateur de l’antenne d’Ebolowa, filière des métiers du bois, de l’eau et de l’environnement (Fmbee) sans suite. Le préfet du département de la Mvila est au courant, elle qui a facilité le contact avec le cabinet du ministre de l’enseignement supérieur où 03 étudiants se sont déplacés avec la liste. Nous sommes rendus à Dschang, jusqu’à ce jour, rien n’a filtré.

Comme le président de la république ne peut pas mentir, que là où l’argent est bloqué qu’on nous donne, c’est le premier objet de notre présence. Comme vous représentez le chef de l’état, et la Fmbee se trouve dans cette région, nous sommes venus solliciter votre médiation afin que nous soyons aussi payés. Toutes les antennes de l’université de Dschang n’ont plus ce problème de primes de l’excellence ».

Le gouverneur dit voir compris ses hôtes, il leur dit que le Minsup est au courant de leur présence en ses lieux. Il leur a demandé de faire une requête collective assortie de tous les détails de leurs filiations qu’il se chargera de transmettre à qui de droit. Et le patron de la région leur a invité à  regagner les salles de classe, en attendant que la solution définitive soit trouvée. Faisant d’une pierre deux coups, les étudiants ont profité de l’occasion pour transmettre leurs doléances aux gouverneurs de la région du Sud. Entre autre, le manque de moyens de transport pour rallier leur campus à Métyipwalé, manque d’eau et d’électricité.

L’antenne est dotée d’un groupe électrogène qui n’est pas carburé et les étudiants sont appelés à cotiser pour l’achat du carburant. Autres préoccupations, que leurs parchemins rencontrent des difficultés  sur le plan national, par exemple dans les concours d’intégration, et que beaucoup d’employeurs  ne connaissent la Fasa d’Ebolowa ni ses produits. Ils ont également évoqués  la qualité de la formation ici, pas de laboratoire, les voyages d’études encore rares. Tout en les rassurant, le gouverneur de la région du Sud leur a témoigné son incompétence à trouver des solutions immédiates. Néanmoins, démarrer une institution du genre ne saurait être facile, ils sont des pionniers et c’est à eux que les sacrifices de démarrages incombent ainsi, leur indulgence est alors sollicitée. Ils ont enfin sollicité une protection du gouverneur en cas de représailles car disent ils, leur promotion, la 5 ème est ciblée.  Maintenant que la haute autorité de la région est informée, la patience de ces étudiants est souhaitée.


Jacques Pierre SEH
 

Société